... elle qui en a eu bien peu. Pour l'avoir perdue trop tôt, je n'en ai pas moins gardé le souvenir de ses gestes dans le quotidien, entièrement voués au bien-être de sa famille. J'aime me souvenir d'elle dans ces gestes-là, qui m'ont tant appris, sans mots inutiles, ces mêmes gestes que, parfois, je perpétue pour le bonheur de ceux qui m'entourent. Tout simplement.
Bienvenue chez moi, à vous, explorateurs du net.
Ici tout est souvent improvisé, un peu sens dessus dessous, un peu comme dans mon esprit, ma maison, ma vie, ma devise étant "pas de regrets de ce qui n'a pas été, heureux de ce qui est, et toujours curieux de ce qui sera", et ma seule constante étant le plaisir des mots jusque dans les maux.
COPYRIGHT : Attention, certains des textes et images de ce blog sont publiés dans des magazines. De même que tous ceux publiés ici, ils sont ma création personnelle, donc protégés par le droit d'auteur. Toute utilisation partielle ou intégrale est interdite sans mon autorisation, la demander à cette adresse électronique : colibri.blogs@orange.fr
Ce blog a été ouvert au public le 1er mai 2011 -

TRADUCTEUR - TRANSLATOR

Membres

dimanche 1 mai 2011

biscuits cuiller glacés à la crème de marron et whisky

s
découper à l'emporte pièce ou à la pelle à tarte, peu importe,
pourvu qu'on aît le goût !
Il me restait un fond de whisky breton acheté dans cette bonne distillerie des Daunay à Pleubian, "Le Celtic Whisky", maintenant mondialement connue des amateurs. Et on m'a offert une boîte collector de crème de marron de l'Ardèche "Clément Faugier" parce qu'on connaît ma passion pour certains produits bien que je les achète rarement. C'est le cas de cette crème dont j'adore le dessin de la boîte mais, en en ayant été gavée pendant mon enfance et adolescence, j'en suis un peu écoeurée. Des vestiges de la vie en Indochine, mes parents ont gardé quelques manies de nourriture en conserve, comme le beurre salé en boîte Bretel, qui a un goût rance au possible, le corn-beef, que personnellement je n'achète jamais non plus, sauf pour le rituel lorsque je monte à bord pour une virée avec les copains voileux, ou encore les horribles harengs à la sauce tomate Pilchard, imbouffables, surtout lorsque lesdits harengs sont des femelles avec plein d'oeufs. Quoique..., par nostalgie, j'avoue qu'il m'arrive d'essayer d'en "regoûter", juste pour voir ! Et je ne parle pas du lait concentré sucré en boîte Nestlé dont mon père raffolait, je n'ai jamais compris son engouement pour cette substance sirupeuse qui n'a rien à voir avec le lait, alors que, dans notre campagne bourbonnaise, nous vivions à côté de fermes produisant, à l'époque, un excellent boisson directement de la pis de la vache à la bou..., euh, au contenant. J'enviais mes petites copines qui partaient ainsi chercher le lait frais avec un pot en aluminium qui tintait au frottement du couvercle et de l'anse tout au long du chemin lorsqu'il m'arrivait des les accompagner. Mon père est resté lait concentré toute sa vie, il n'a jamais aimé le lait frais, alors que moi, c'est le contraire, j'aime tout ce qui est laitage, en particulier les fromages et la crème fraîche. Alors pensez-vous, depuis qu'on trouve couramment du mascarpone sans avoir à courir chez l'italien, j'en ai toujours une réserve dans mon frigo. C'est tellement vite fait une petite crème glacée, délicieuse, à base de mascarpone. Auparavant, je faisais mes glaces avec la crème fraîche, maintenant, je les préfère avec le mascarpone, c'est plus fin en bouche, plus onctueux sur la langue et moins aigrelet au goût.
J'adore l'association whisky crème de marron, la recette que je vous propose aujourd'hui sera simple, facile et rapide à réaliser car, je l'avoue, je ne suis pas très sucrée en cuisine, ayant gardé le souvenir de ces longues préparations de pâte diverses et variées, du blanc en neige que ma mère montait à fort prix d'huile de coude à une époque où les batteurs ou autres ustensibles facilitant les tâches n'avaient pas encore envahi les cuisines, je la regardais souvent travailler tout cela, d'un œil assez ennuyé sans saisir le sens de cet ennui, et c'est seulement bien plus tard que j'ai compris cette impression de temps perdu pour elle à confectionner des gâteaux pour notre goûter au retour de l'école, alors que je savais que, une fois sortis du four, tous ces délices allaient être engloutis en un clin d'œil, avant même d'avoir le temps de refroidir. Reste que j'adore l'odeur chaude des gâteaux qui cuisent, c'est vrai. Mais, personnellement, j'en fais très peu, je privilégie les biscuits ou les crèmes glacées car ils ne nécessitent pas de cuisson et sont rapides à réaliser sans dextérité particulière, ce qui me convient bien car, si j'aime faire la cuisine, je suis plutôt maladroite avec les ustensiles !

mes biscuits cuiller à la crème de marron et au whisky
INGREDIENTS pour un moule rectangulaire 6/8 personnes :
  • 20 (ou plus, selon le moule) biscuits cuiller
  • 1kg de crème de marron divisé en 750g et 250g
  • 1kg de mascarpone, divisé en 500g + 500 g
  • 6 œufs, jaunes et blancs séparés
  • 6 càs de sucre cristallisé
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 2 càs de sucre glace
  • 2 verres de whisky
PREPARATION (pas de cuisson) 30 à 45 mn - CONGELATION : 4 heures minimum
  • mettre le whisky dans un plat creux,
  • tremper légèrement les biscuits cuiller dans le whisky et les placer au fur et à mesure, face plate contre le fond du moule, en les serrant un peu,
  • bien mélanger 500 g de mascarpone avec 250 g de crème de marron, ce sera la couche marron claire, l'étaler sur les biscuits, mettre 1quart d'heure au congel pendant que vous faites la suite de la préparation,
  • s'il reste du whisky, le mélanger aux 500g de crème de marron, ce sera la couche marron foncé, réserver,
  • battre les jaunes d'œufs avec le sucre cristallisé jusqu'à obtenir une mousse blanchâtre bien ferme, y ajouter le sucre vanillé, puis 500 g de mascarpone, bien mélanger au fouet pour obtenir une crème homogène. Cet "appareil" une fois terminé formera la couche jaune.
  • sortir le moule du congel, étaler sur la couche précédente la couche marron, remettre au congel le temps de finir la préparation de la couche jaune,
  • battre les blancs d'œuf en neige bien ferme (j'ajoute au départ une pincée de sel, puis, une fois qu'ils commencent à monter, j'ajouter le sucre glace ce qui la raffermir vraiment),
  • ajouter une petite quantité de neige à l'appareil précédent, en mélangeant doucement au départ, puis, une fois que le mélange commence à être "détendu", ajouter le reste de la neige, bien mélanger au fouet à main pour ne pas "casser" la préparation.
  • Sortir le moule du congel et étaler cette dernière couche.
  • mettre le moule au congel pendant au moins 4 heure avant le service.
NB : il m'arrive de n'avoir pas le temps de mettre au congel entre les étapes. Ce n'est pas grave, les couches, comme sur mes photos, seront simplement moins régulières. Les explications semblent toujours un peu longues quand on lit une recette. En réalité, pour ceux qui ont l'habitude de cuisiner, de faire des crèmes glacées, cela ne prend pas plus de temps que je le dis, vraiment, et vous aurez un dessert délicieux et gourmand.
   

3 commentaires:

nelson a dit…

Wow, il est beau, ton nouveau blog, Colibri, ta glace au whisky tombe à point, je fais une pause défrichage car il fait très chaud dans mon jardin (je suis dans le Gers en ce moment) ! Salut, bon vent à ton nouveau bateau !

Tambour Major a dit…

Je bave d'envie devant mon écran. Et moi qui vient de me remettre au régime... Ca va être dur de tenir le choc !! :)

Gwendoline a dit…

et bien moi! pas du tout folle des petits pois...à part la couleur , sinon je trouve un peu fade le goût et surtout le petit pois pour moi est synonyme de corvée = enfant mes parents avaient un grand jardin! vraiment grand , partagé avec mes grands-parents! du coup plein de petits pois!!pff à désherber, ramasser!! et les sortir de leur gousse d'un coup de pouce!!