... elle qui en a eu bien peu. Pour l'avoir perdue trop tôt, je n'en ai pas moins gardé le souvenir de ses gestes dans le quotidien, entièrement voués au bien-être de sa famille. J'aime me souvenir d'elle dans ces gestes-là, qui m'ont tant appris, sans mots inutiles, ces mêmes gestes que, parfois, je perpétue pour le bonheur de ceux qui m'entourent. Tout simplement.
Bienvenue chez moi, à vous, explorateurs du net.
Ici tout est souvent improvisé, un peu sens dessus dessous, un peu comme dans mon esprit, ma maison, ma vie, ma devise étant "pas de regrets de ce qui n'a pas été, heureux de ce qui est, et toujours curieux de ce qui sera", et ma seule constante étant le plaisir des mots jusque dans les maux.
COPYRIGHT : Attention, certains des textes et images de ce blog sont publiés dans des magazines. De même que tous ceux publiés ici, ils sont ma création personnelle, donc protégés par le droit d'auteur. Toute utilisation partielle ou intégrale est interdite sans mon autorisation, la demander à cette adresse électronique : colibri.blogs@orange.fr
Ce blog a été ouvert au public le 1er mai 2011 -

TRADUCTEUR - TRANSLATOR

Membres

lundi 12 décembre 2011

photos de soirs pour une soif d'eau, ici et ailleurs...

La lune était belle au-dessus de la Seine, samedi soir. J'ai pris quelques photos en allant à un rendez-vous bière-moules-frites. En traversant le pont Saint-Michel pour rejoindre la place du Châtelet, j'ai vu au loin l'hôtel de ville illuminé pour les fêtes. Quand j'habitais à côté, je ne faisais jamais attention à ce genre de détail... On prépare Noël beaucoup trop tôt, cela fait perdre de la magie à cette fête qui peut être somptueuse dans certaines traditions. Du vivant du père d'Oli, on passait parfois les fêtes dans le Jura, souvent la neige était au rendez-vous. La grande cheminée de l'ancienne ferme restaurée, après dépose pierre par pierre de la bâtisse louée aux paysans du temps des arrières grands-parents, puis remontage dans les règles de l'art par un artisan spécialisé dans la réhabilitation des bâtiments anciens, n'était pas de trop pour nous réchauffer après nos promenades dans cette région, appelée aussi "la petite Sibérie" où, parfois, en hiver, la température descend jusqu'à -40°... Finalement, je n'aime la moyenne montagne qu'en hiver, même si ne je suis pas une fan du ski de fond, ni même, d'ailleurs, du ski alpin, je n'ai plus chaussé de ski depuis bien longtemps. La mer, la mer, encore la mer, sans être une sportive aquatique non plus, je ne m'en lasse pas, de ses mouvements incessants... La campagne me semble par trop statique. Bien que le passage d'une saison à l'autre y soit fort spectaculaire, je m'y ennuie vite... Je crois que j'ai besoin de savoir l'eau à proximité de moi pour me sentir bien...
 
Quel que soit l'endroit, mes pas me mènent toujours au bord de l'eau, comme un besoin inconscient, un recroquevillement sur moi-même, l'espoir impossible de retourner dans l'eau de la vie dans le ventre de ma mère...
L'eau de la Seine, aujourd'hui, l'eau du Rhin, hier (ci-desssous, Strasbourg)

L'eau de la Manche, demain, celle qui vient lécher la maison de Maria les soirs de grande tempête, celle vers laquelle mon regard se tourne inlassablement, matin et soir...

  

16 commentaires:

Album vénitien a dit…

Le Verseau est un signe d'air.....sans doute est-ce pour cela que j'ai besoin d'espace...mais seule la mer sans cesse recommencée m'apporte sérénité et consolation...quand il y a lieu....mais chuttttttttttttt!!!

Mésange a dit…

Chère Colibri,
Il est parfois difficile de trouver sa véritable place en ce monde si vaste, si démesuré.Il existe des endroits qui nous attirent, nous transportent et nous malmènent jusqu'à nous abandonner épuisé sur la grève et il y a ces lieux qui donnent l'impression de rentrer chez soi, comme si chaque morceau de nous-même reprenait sa place au bon endroit. Pour moi, c'est le bleu de l'eau et du ciel, le vert de la nature. À travers tes mots et tes photos, je contaste qu'il y a du bleu et du vert partout autour de nous. Finalement, je peux être bien ici ou ailleurs!

colibri-namelie a dit…

Je savais bien que tu avais quelque chose de Verseau, Danielle ! Entre ciel et terre, il y a de l'espace, mais quelquefois j'ai besoin de l'horizon de la mer pour prendre conscience des limites de ma liberté, mais aussi pour continuer à rêver au-delà de ces limites...

colibri-namelie a dit…

Bonjour Mésange, c'est fou ce que tu as l'art de me redonner un coup de peps en trois lignes ! Oui, tu as raison, ici ou ailleurs, ces bleus, ces verts, on les a d'abord bien ancrés en nous, ainsi qu'ils sont dans la notion de "paysage" selon la peinture chinoise, où le spectateur fait partie intégrante du tableau, d'où un regard différent sur les choses qui nous entourent...

Margarita a dit…

Chère Namelie, quelles belles photos! Moi, j'ai aussi bessoin de l'eau, je pense que c'est à cause de ma naissance parce que je suis née et j'habite dans une région intérieure. Je pense c'est à cuase de celà que incosciemment je cherche surtout l'eau de la mer et ses paysages et que c'est aussi pour ça que toujors, quand je me trouve devant d'elle j'ai des sentiments contradictoires: d'être sans défense et en plenitude au même temps.
Bisous

Babeth59 a dit…

Elles sont très belles tes eaux!....et pour revenir à des considérations plus triviales, elles étaient bonnes les moules frites?..

Gwendoline a dit…

quels jolis couchers de soleil tous roses...l'eau....notre source à tous!elle m'apaise aussi! nos origines aquatiques ne sont plus à démontrer! Pour la petite "Sibérie"! je confirme les températures "fraîches"! une année , pendant les vacances d'août ; petit séjour dans le Jura ; j'avais dans ma valise ; shorts et maillot de bain!pffff j'ai gardé un gros pull tout le temps!

Graphique a dit…

J'aime beaucoup cette lune qui révèle les nuages au dessus de la Seine.

On se demande si la nuit est vraiment tombée.

Laure a dit…

D'un coup de photo et de pont sur la Seine, je me revois parisienne amoureuse. J'ai bossé au BHV en plus...
La mer, je ne sais qu'en penser, je rêve de m'en rapprocher et sous ma fenêtre les falaises du Vercors grimpent de toute beauté.
Je suis bien peu de choses tant que l'amour est à mon poignet.
Biz
14 dec..un mois sans mon chat...il a emporté du soleil de novembre mais la neige blanche crâne la haut, je l'ai vue, et il l'aimait. J'irai.

Enitram a dit…

Et moi, ce sont les collines du Gers qui me calment, me rendent plus sereine....
Mais j'aime bien retrouver la mer qui entoure notre Cotentin !
Bonne journée

colibri-namelie a dit…

Ah, les moules-frites, Babeth, je suis capable de faire des km pour en manger... avec une bonne bière et l'ambiance qui va avec, qu'on ne trouve guère que dans le Nord, que je trouve bien chaleureux...

colibri-namelie a dit…

C'était magnifique, tout en relief, Yann, j'ai été très surprise par cette limpidité de l'air en décembre... C'est dommage que je n'avais pas le temps de mieux prendre la pleine lune, superbe aussi au-dessus de certains bâtiments...

colibri-namelie a dit…

L'amour, c'est comme un toit... On ne peut s'en passer, et pourtant comme il bride le moi... Je suis comme toi, Laure, je pense souvent à Couli, moi aussi je compte les mois depuis mars dernier, le temps s'écoule si vite, et pourtant, il s'arrête à chacun de mes pas, dans le souvenir des siens...

colibri-namelie a dit…

S'il fallait choisir entre mes Côtes d'Armor et le Cotentin, j'hésiterais, Enitram. J'adore l'austérité de la côte Normande en certains endroits, la baie d'Ecalgrain les soirs de tempête, Barfleur, port Racine, Saint-Vaast... Mais la presqu'île sauvage n'est pas mal non plus dans le genre ambiance romantique, les longues soirées d'hiver...

colibri-namelie a dit…

Gwendoline, tu me fais penser à mon grand blond : on pourrait croire que vous n'aimez que le froid, alors que vous ne pensez que soleil et maillot de bain !!!

colibri-namelie a dit…

C'est vrai, Margarita, que l'eau est apaisante mais aussi effrayante, je l'adore mais j'avoue que je m'en méfie un peu, justement, parce qu'elle m'attire trop... Amitiés à toi et à l'Espagne !